Flower power

Me voilà revenue à mon pays natal depuis quelques jours. Oui, je suis partie de Macao le cœur un peu triste et l’avenir un peu flou. Les départs font partie apparemment de la vie d’expatriés ! Je n’aime pas les « au revoir » ça me déchire toujours un peu le cœur et en général je préfère les éviter…

Mais avant de me lancer dans une tartine explicative sur le pourquoi du comment je suis partie… J’ai encore plusieurs petites choses à vous faire partager afin d’achever le merveilleux chapitre que fut Macao… du moins sur ce blog.

Aujourd’hui, je vais vous parler de fleurs… Je me suis découverte une passion pour les fleurs. J’avoue qu’il y a encore quelques années, j’aimais les fleurs mais je n’éprouvais pas le besoin d’en avoir ou de m’extasier devant. Et puis, petit à petit les choses ont changé. Une amie « floral designer » m’a entrainée dans ses ateliers, m’a montré ses créations et j’ai commencé à m’y intéresser. Et puis surtout et avant tout j’adore les photographier.

Aujourd’hui, je vous présente les fleurs de lotus… Sur un an et demi à Macao, j’en ai prises des tonnes, voici donc une petite sélection…

Ce lotus est la fleur sacrée dans les religions orientales (bouddhisme, brahmanisme) dans lesquelles les divinités sont représentées sur un trône en fleur de lotus. Le lotus sacré est la fleur nationale de l’Inde. Un grand lotus blanc est représenté sur le drapeau de Macao.

Il est souvent utilisé comme symbole de la beauté divine. Le déploiement des pétales du lotus suggère l’épanouissement de l’âme. L’émergence de sa pure beauté à partir de ses origines boueuses représente une promesse spirituelle bienveillante.

La symbolique du lotus en bouddhisme relève encore du fait que la graine et la fleur apparaissent ensemble, il s’agit de la simultanéité de la cause (la graine) et de l’effet (la fleur) dans la loi de causalité de l’univers qui est l’un des concepts majeurs de la philosophie bouddhique. À cela il faut rajouter que le lotus puise sa substance vitale dans la boue pour s’épanouir, en effet, au-dessus de l’eau. Ainsi “la boue” représente les souffrances, les troubles, les désirs, qui sont le terreau même de notre épanouissement. Il est donc possible de transformer son karma par l’illumination, l’atteinte de la boddhéité, grâce à notre éveil à la loi de causalité.

Et vous, vous aimez les fleurs de lotus ? Elles vous inspirent quoi ?

 

5 Comments

Leave A Reply

Navigate