Hô-Chi-Minh-Ville

Je ne connaissais pas le Vietnam, j’en avais qu’une image des films vus à la télévision et des romans de Marguerite Duras (que je n’ai jamais pu finir). J’imaginais une ville bien marquée par son histoire mais avec un côté vieille colonie.

J’avais tort. Hô-Chi-Minh-Ville, le Saigon d’autres fois, est aujourd’hui une ville qui ne dort jamais, où le bruit y est constant, où la circulation est dense et la pollution l’est tout autant. Une ville où, je pense, tous les habitants se déplacent en “motorbike” et vivent dehors en considérant un bout de trottoir comme la prolongation de leur maison.

Dès qu’on sort de l’avion, nous nous retrouvons happés dans la turbulence de cette ville.

Echanger ses euros contre des DONG (impossible de le faire en Europe) à la sortie de l’aéroport, faire la queue pour un taxi, se sentir déjà assaillie par les Vietnamiens à la recherche de profits, se mettre dans le taxi, donner l’adresse et traverser la ville en regardant cette agitation et cette circulation au travers de la vitre.

Mon hôtel se situait dans une petite ruelle du quartier Pham Ngu Lao dit le quartier « routard ». Qui dit petite ruelle, dit qu’il était impossible pour une voiture d’y accéder, ce qui veut dire relativement calme…et à  Hô-Chi-Minh-Ville, le calme est un luxe.

A proximité s’étendent un bon nombre de restaurants, de bars, de boui-bouis où le monde s’y bouscule et ce à toutes heures du jour comme de la nuit.

Si vous visitez le Vietnam, je vous conseille de ne passer que 2 jours à Saigon et de rester dans le premier arrondissement. Vous aurez largement le temps de voir les plus beaux bâtiments et d’avoir déjà un bon aperçu de la ville.

A ne pas manquer:

–       L’avenue Nguyen Hue considérée comme les Champs-Élysées de Saigon avec l’hôtel de ville et l’hôtel REX qui fut le QG des officiers américains pendant la guerre.

–       La rue Dong Khoi entre la cathédrale Notre-Dame et la rivière.

–       Le théâtre municipal

–       La poste centrale magnifique bâtiment construit par Gustave Eiffel.

–       Le Marché Ben Thanh

–       Le musée des vestiges de la guerre : le musée qui vous fera détester la guerre et qui vous donnera envie de vomir à la sortie. Et pourtant, on peut y voir de très belles et bouleversantes photos sur la guerre qui ont fait la une de nombreux magazines américains ainsi qu’un très bel hommage aux reporters de guerre.

Histoires drôles, anecdotes et petits conseils :

–       Eviter de prendre des DVD’s avec vous. Cela vous évitera comme moi, de passer 20 min avec un agent de sécurité pour expliquer que « Non, ce ne sont pas des « sexy films » » (interdits au Vietnam). Et que « NONVirgin Suicide n’est pas un film de boules mais une œuvre cinématographique de Sofia Coppola » et de voir le regard suspicieux de l’agent se poser sur vous et l’entendre répéter « Coppola ? »….
Grrrrrrrrrrrrrr

–       Eviter de vous balader dans les rues avec un grand sourire aux lèvres parce qu’on est « super heureux d’être là » et « qu’on sourit à la vie »… Vous vous retrouverez très vite comme la cible principale de tous les vendeurs. Ne pensez pas que vous vous faites des amis quand ils entament une conversation. Si vous ne voulez rien acheter, ne leur faites pas perdre leur temps car le temps qu’ils passent avec vous, c’est un potentiel client qu’ils perdent. Si vous ne voulez plus être solliciter, mettez votre Ipod dans les oreilles, marchez sans trop les regarder et si malgré cette attitude fermée, ils insistent vous leur faites un signe ferme de la tête « NO ».

–       Et enfin éviter tous les signes extérieurs de richesse : appareil photo autours du cou, bijoux, … le Vietnam reste un pays relativement pauvre et il n’est pas rare de lire dans les journaux des vols avec violence.

Leave A Reply

Navigate